Le conflit est une source de progrès.

15 septembre 2010

dans Mieux avec les autres,Mieux avec soi-même

Sous ce titre volontairement provocateur se cache en fait un mécanisme dont nous ne sommes pas toujours conscients, celui des zones d’ombre.

Vous souvenez-vous de la dernière fois où, face à quelqu’un, vous avez éprouvé une émotion, comme de la peur, de l’énervement ou un certain malaise ?

Ce qui s’est peut-être produit, c’est que le comportement ou les idées de cette personne ont réveillé en vous un désaccord avec vous-même.

Par exemple, face à quelqu’un qui parle très fort et qui n’est aucunement gêné d’être entendu à la cantonade, vous pouvez vous sentir mal, indisposé.

Que se passe-t-il alors vraiment en vous, pourquoi ressentez-vous cette souffrance ?

Posez-vous honnêtement la question : « qu’est-ce qui passe en moi dans cette situation précise ? »

En creusant un peu, seul ou avec votre coach, vous allez trouver des circonstances qui méritent d’être approfondies. Cela peut, par exemple, vous renvoyer à vos parents qui vous ont interdit de parler fort et d’interrompre les adultes lorsque vous étiez enfant, au manque d’assurance en vous révélé par un bredouillement quand vous avez pris la parole en public, ou bien encore à ce copain qui vous a ridiculisé devant tout votre groupe quand vous vous êtes exprimé avec votre accent régional…

Nous portons en nous des blessures qui nous font toujours mal, qui agissent comme des freins, et qui nous empêchent de nous réaliser. Au fond de nous, nous nous en voulons de ne pas réussir à les contrôler et cela provoque un conflit intérieur.

La personne qui parle fort reflète vers vous, comme un miroir, l’image ou les qualités d’assurance que vous aimeriez, plus ou moins, posséder, elle éclaire involontairement la zone d’ombre qui est en vous, et réveille le conflit avec son cortège d’émotions qui sont liées.

Maintenant que vous avez appréhendé le mécanisme, je vous propose de regarder d’un autre œil l’inconfort que vous ressentez parfois dans certaines situations.

Demandez-vous : « à quoi cela fait-il écho en moi ? ». Et plutôt que de ressasser votre insatisfaction, considérez le conflit intérieur sous-jacent comme une opportunité de grandir, comme une voie qu’il indique pour réaliser sur vous un travail qui vous libèrera et vous fera progresser !

Ange Ménec

Laissez un commentaire

{ 1 rétrolien }

Previous post:

Next post: