Vous en avez de la chance !

3 octobre 2010

dans Mieux avec soi-même,Techniques pour progresser

Après une réussite ou un succès, il est courant d’entendre cette exclamation admirative : « Vous en avez de la chance ! ».

Pour vous, c’est quoi la chance ? Est-ce bénéficier d’un hasard de circonstances favorables ? Etre né(e) sous une bonne étoile ? Avoir fait ce qu’il fallait, au bon moment, avec les bonnes personnes ? Tout cela en même temps ?

Provoquer la chance !

Finalement, à y bien réfléchir, on ne nous a jamais appris ce qu’est la chance et comment la provoquer. D’ailleurs l’expression « provoquer la chance » est complètement adaptée, car la provocation est une incitation, une excitation, un déclenchement qui pousse à l’action et c’est précisément ce qui, à mon avis, fait sortir la chance de son terrier plus que la baguette magique de Merlin l’enchanteur.

«100 % des gagnants ont tenté leur chance » clamait la pub du Loto, il faut reconnaître le bon sens certain de cette évidence.

Dans la vie, c’est pareil : 100% des gens qui agissent ont certainement plus de chance de voir les choses bouger que ceux qui attendent passivement…

« Aide-toi et le ciel t’aidera ». Tout est dit dans ce proverbe, depuis longtemps.

Se mettre en mouvement

En coaching, on répète souvent qu’un « éléphant se mange par petites bouchées », je vous rassure, j’adore ce mammifère et je n’essayerai pas, mais l’image est révélatrice de la technique que le coach utilise au cours de son accompagnement. Il propose à son client une méthode qui consiste à découper son objectif principal en sous-objectifs et de réaliser de petites actions ciblées relativement faciles à atteindre. Ce faisant, le coaché remue son environnement et fait bouger les lignes. Dès que cette force (la chance ?) se met en mouvement, j’ai souvent observé que le paysage se modifie, des circonstances nouvelles et favorables lui apparaissent, les bonnes personnes se présentent au bon moment, et les choses évoluent « comme par hasard » ou « par chance » dans le sens qu’il attendait depuis longtemps….

Il arrive bien entendu que parfois cela n’avance pas, dans ce cas il y a lieu de se poser la question si l’action était appropriée, et au lieu de faire davantage de quelque chose qui ne fonctionne pas, un changement de tactique s’impose, il faut alors faire différemment.

Mais dans tous les cas, la clé, c’est l’action, même une toute petite, alors vous aussi, n’attendez plus, provoquez la chance et agissez !

« Je crois beaucoup en la chance. D’ailleurs, je constate que plus je travaille et plus la chance me sourit. » Thomas Jefferson 😉

Ange Ménec

{ 1 commentaire… lisez-le en-dessous et ajoutez-en un }

lejeune octobre 29, 2015 à 9 h 40 min

Bonjour,

« Il faut provoquer la chance » est une phrase que je n’aime pas. En particulier dans le cadre d’une recherche d’emploi. Elle semble sous-entendre que si on cherche on trouve, si on ne trouve pas c’est qu’on ne cherche pas. Elle se rapproche du fameux « y a qu’à, y a qu’à ».
J’entends bien qu’il ne faut pas rester assis dans son coin dans l’attente que tout tombe du ciel mais il ne suffit pas de s’activer pour que tout arrive…ce n’est pas aussi simpliste que cela. Sinon cela se saurait.
Je vais prendre un exemple concret :
Il y a plusieurs années, à l’issue de l’oral d’un concours administratif (loi Sapin), j’ai terminé 5ème pour 4 places. 1er sur la liste d’attente. Place valable jusqu’à l’ouverture du recrutement suivant et seulement où j’ai passé l’entretien. Un départ à la retraite était prévu. Mais pour être embauché il fallait que ce départ s’effectue avant l’ouverture du recrutement suivant. Or c’est l’inverse qui c’est produit. Je n’ai pas pu être embauché. Je considère que j’ai pas eu de chance. La chance se provoque ?
C’est un exemple parmi tant d’autres où provoquer la chance ne suffit pas.
Notre réussite dépend bien sûr de nous-même, de notre action mais aussi des circonstances favorables et également du bon vouloir des autres. Car c’est le bon vouloir des autres, même si on se veut persuasif, qui a la décision. Parce que le feeling entre en jeu, l’humeur du décideur et son choix entre plusieurs candidats.

Laissez un commentaire

Previous post:

Next post: