Positif, parce que je le veux bien !

18 mai 2014

dans Communication,Mieux avec les autres,Mieux avec soi-même,Techniques pour progresser

Les 16 et 17 mai a eu lieu « Le printemps de l’optimisme » à Paris. Je n’y ai pas assisté mais j’ai parcouru quelques sites, lu des commentaires et signé le manifeste. Cela m’a motivé pour écrire ces quelques lignes sur le sujet.

Un électrochoc

Dans les années 80 je me trouvai en compagnie de John, un ingénieur aéronautique, grand spécialiste des moteurs équipant les avions Boeing. Cet américain dynamique de plus de 60 ans parcourait le monde de long en large depuis plusieurs décennies afin de réparer en urgence les moteurs d’avions tombés en panne.

Dans le cours de notre discussion je me suis laissé aller à me plaindre de la situation de la France. C’est alors que la réaction spontanée de John me fit l’effet d’un électrochoc.

Il m’a regardé droit dans les yeux, m’a serré le bras, et interrogé :

«  Ange, savez-vous que vous habitez dans un pays béni des Dieux ? ».

Devant mon air interloqué, il a aussitôt poursuivi d’une voix passionnée :

« Je connais le monde du sud au nord et de l’est à l’ouest, la France est le seul pays qui cumule à la fois une culture, une histoire, une démocratie solide, un système social protecteur, un climat tempéré, des terres fertiles, des montagnes splendides, des côtes magnifiques, un réseau dense de routes et de chemin de fer, une créativité reconnue mondialement, on y mange et boit bien, et votre peuple est beau ! ».

Silence confus de ma part devant une telle déclaration d’amour pour mon pays…

Il enchaîna avec bienveillance : « Je vous demande juste de réaliser que vous avez une chance incroyable, prenez-en conscience, ne vous laissez pas atteindre par ce mal bien français qui est de se plaindre. »

Positif une fois, positif toujours

Depuis cette conversation, mes yeux se sont ouverts, j’ai commencé à réaliser toutes les beautés de notre pays, sa richesse, son extraordinaire potentiel. C’est vraisemblablement de là qu’est partie ma vocation de coach avec ma nouvelle manière de voir aussi les grandes richesses que nous possédons tous personnellement.

Bien entendu tout n’est pas parfait, c’est évident et il faut être lucide. Chausser de temps à autre ses lunettes grises pour pouvoir anticiper le pire est même recommandé. Mais demeurer dans la critique et le pessimisme quasi-systématique, est-ce là une bonne stratégie pour changer les choses ?

J’en doute, c’est pourquoi j’ai définitivement adopté le conseil de Gandhi :

« Soyons le changement que nous voulons voir dans le monde».

En s’efforçant régulièrement de voir le côté positif des choses nous parvenons à diriger nos pensées vers plus de joie et de sérénité. Cette disposition d’esprit nous maintient ainsi dans une énergie haute qui nous fait agir pour changer ce qui doit l’être, et ceci avec plus d’efficacité et moins d’effort !

Soyons positifs et optimistes, c’est une décision, une prise de conscience, l’herbe est loin d’être plus verte ailleurs, et il y en a même qui n’ont pas d’herbe du tout ! alors, relativisons 

Ange Ménec

Laissez un commentaire

Previous post: